Rétrospective. Nouvelles des archives

05/07/2022

Voir tous - Rétrospective

Notre-Dame du Sacré-Cœur à Fondi


Peinture de Notre-Dame du Sacré-Cœur dans l'église paroissiale de Fondi (Italie)

Our Lady FondiEn général, de nombreuses sœurs ayant vécu au Généralat ou de passage ont visité Fondi. A différentes périodes, plusieurs ont posé des questions sur la peinture de Notre-Dame dans l'église de la « Royauté de la très sainte Vierge Marie et de saint Pie X ». La tradition dit qu'elle a été donnée à la paroisse par Mère Judith Mietzelfeld lorsqu'elle était Prieure générale (1971 – 1983).
Sr Mariangela Mayer, actuelle prieure de la communauté du Généralat, a entrepris des recherches sur les origines de la peinture et nous vous en donnons ici les résultats.

Le 22 février 2022, Sr Mariangela et Sr Maria Letizia Usai (Province d’Italie) ont rendu visite à l'actuel curé, Don Giuseppe Marzano. Il leur a dit que, selon la tradition, le tableau provenait des Ursulines mais qu'il n'y avait aucun document dans la paroisse.

Sr Mariangela a également écrit à plusieurs Ursulines qui auraient pu avoir des informations. Leurs réponses soutiennent la tradition selon laquelle Mère Judith aurait donné ce tableau à l'église et ces réponses ont apporté d'autres renseignements et hypothèses ainsi que des liens avec les Missionnaires du Sacré-Cœur.

 

La Paroisse de Salto di Fondi

Une première petite église est construite en 1955 par le curé, le père Oreste Ripoli. Dans les années 1970, le petit édifice s'agrandi sur un terrain donné par l'Opus Dei, qui y possédait une grande ferme locale. Dans les années 1990, le curé, le père Tullio Piacentino, a commencé la construction de l'église actuelle. Après des travaux d'adaptations liturgiques, l'église est inaugurée le 28 juin 2009 par l'archevêque Fabio Bernardo D'Onorio. À cette période, le tableau est déplacé dans la chapelle de droite, où il trône à l'intérieur de la voile d'un bateau, dans un beau cadre et avec une auréole dorée.

Fondi parish

Sr Natalia Rey a envoyé quelques renseignements supplémentaires des années 1970. Elle arrive à Rome en 1973. « Notre maison venait d'y être construite (à Fondi), et c'était l’époque d’un des premiers séjours dans ce bel endroit. Tous les jours nous allions à Salto di Fondi à la paroisse pour la messe. L'église actuelle n'existait pas encore, il n'y avait même pas de chapelle provisoire, les messes étaient alors célébrées dans une sorte de cabane, très petite et pauvre... Les Sœurs qui m'accompagnaient à ce moment-là m'ont dit que le tableau de la Vierge qui s'y trouvait était un don de Mère Judith… Je sais aussi que le Généralat modernisait sa chapelle à cette même époque… Plus tard, quand la chapelle de Fondi fut construite, c'est là que les messes furent célébrées comme elles le furent pendant plusieurs années, avant que l'église ne soit construite et ouverte aux fidèles, et ce tableau y fut accroché dans la chapelle temporaire. Plus tard, alors que l'église est déjà construite, Don Sandro, le curé de la paroisse, le fit rénover et le plaça dans un endroit particulier. Il fit également confectionner des chapelets avec une médaille reproduisant le tableau. ... Et c'est tout ce que je sais. Je ne sais rien du peintre. La date de 1914 semble être la date du tableau. Les "monogrammes" semblent être une signature - à l'époque - par modestie - on ne signait pas les œuvres qu'on faisait... »

 

Sr Marija Jasna Kogoj, de la Province de Slovénie, a également donné quelques renseignements et hypothèses.

Date« La date, sur le tableau, nous ramène à l'époque où Mère Angela Lorenzutti était Prieure Générale. Elle était originaire de Škofja Loka. Son nom complet avec son prédicat était "Angela Lorenzutti de Notre-Dame du Sacré-Cœur". À cause de ce prédicat, je suppose (c'est une hypothèse) que le tableau lui a été donnée et qu'il est donc arrivé au Généralat. La facture est semblable à celle d'autres de nos artistes. »


« À Ljubljana, il y avait une artiste ursuline M. Mihaela Merčon (1856-1919). Dans sa nécrologie, il est écrit qu'elle était une artiste reconnue; entre autres, elle a peint de nombreux tableaux du Sacré-Cœur pour différentes personnes. « MM » pourrait être son nom (Mihaela Merčon) ou Mater Misericordiae. "S" pourrait être Srce en slovène (Coeur) et "J" - pourrait être Jésus. Mais tout ceci n'est qu'une hypothèse. »

 

Le Père Armando Genovese, msc, a répondu au nom des Missionnaires du Sacré-Cœur : « Vous nous avez fait découvrir une image de Notre-Dame présente dans une paroisse, dont nous ignorions l’existence. »
La photo que vous nous avez envoyée est très belle, une facture intéressante ! Peinte à l'huile (apparemment sur toile), avec tous les traits caractéristiques de Notre-Dame du Sacré-Cœur : Marie pointe vers le Cœur du Christ, et le Christ dans l'acte de bénédiction pointe vers Marie. Dans l'auréole de l'enfant se trouve la croix, dans l'auréole de Marie se trouve le titre Mater Misericordiae, tiré du Salve Regina… Observant les caractéristiques de Marie (jeune, peau blanche), de Jésus (blond, frisé) et les encolures carrés des vêtements, il ne me paraît pas improbable que l'artiste puisse être la Mère Mihaela Merčon, le double M sous la croix dans le détail de la date pourrait être sa signature. Cela expliquerait aussi pourquoi elle a utilisé l'appellation Mater Misericordiae (MM). Si cette hypothèse est vraie, Mère Mihaela Merčon a pu être une femme de grande foi et dotée d'un excellent talent en peinture. Une femme vertueuse qui a laissé une trace à ne pas sous-estimer. »

Aucune autre information n'a été trouvée ni dans les archives du Généralat ni dans les archives générales des Missionnaires du Sacré Cœur, mais grâce aux souvenirs partagés par les Ursulines et les MSC, nous avons une idée plus claire de l'histoire et de la signification religieuse de cette peinture. Merci à tous celles et ceux qui y ont contribué.

Juin 2022

Sr Armida Veglio OSU
Sr Mariangela Mayer OSU